Petits points…

I / Que mange-t-on avec 6 € ???!

Certains se demandent peut-être si nous respectons toujours nos 6 € par jour… la réponse est oui, sauf dans les aéroports où les prix sont beaucoup plus élevés et le choix moins grands pour obtenir un repas à 6 €. Voici donc un petit aperçu rapide de ce que nous obtenons…
Avec 6€n.b: pour la France et l’Italie, avec les pâtes s’ajoutent 2 tranches de jambon. A noter que pour les petites quantités, le demander à la coupe est souvent moins cher et meilleur !!!

II/ Un point sur notre itinéraire… quelques modif’

Cliquez pour voir l’itinéraire

Arménie

DSCN6078Voici une photo d’un machoutka, appelé Dolmusch en Turquie et ?….? en Géorgie. Il existe des lignes de bus, mais ces camionnettes proposent un service plus fréquent et plus proche des lieux d’habitations. Il nous a fallut 35 minutes, de détours, pour rejoindre le centre de Gyumri depuis le centre où nous dormions alors qu’en voiture nous en avons pour 10 petites minutes.

Monument du souvenir du séisme : une statue et sur le bloc au 1er plan, sculptée, l'heure de cet évènement du 7 décembre 1988.

Monument du souvenir du séisme : une statue et sur le bloc au 1er plan, sculptée, l’heure de cet évènement le 7 décembre 1988.

La rue pétionne du centre-ville censé être commerçante.

La rue pétionne du centre-ville censé être commerçante.

Quelle est la religion en Arménie ? 

L’arménien bien sûr : soit arménien apostolique, soit arménien catholique.

Quelle(s) différence(s) existe t-il en être les deux ?

A peu près aucunes, excepté que les arméniens apostoliques ne reconnaissent pas tous l’autorité de l’évêque de Rome. C’est le poids de l’histoire qui a joué à créer une pareille division. La relation entre les deux n’est ni bonne, ni mauvaise ; elle dépend des protagonistes en place. Si les évêques et prêtres du lieu veulent travailler ensemble ou non. Par exemple, Radio Mariam (alias Radio Maria chez nous) s’adresse à tous les arméniens alors que le fondateur est catholique.

Les messes sont célébrées dans la langue arménienne. C’était une langue orale tout d’abord puis écrite pour les besoins du culte vers le IV, Vème siècle.

La ville de Gyumri est entourée de montagne.

La ville de Gyumri est située sur une grande plaine du Caucase et est entourée de montagne.

Cette semaine fut ponctuée de grands évènements ; pour le monde et pour cette maison. La nuit de Noël tout d’abord.

Ici pendant 40 jours lorsque nous nous croisons, nous nous saluons par ces mots :

 » Nous vous annonçons une grande joie, notre Sauveur est né !  »

réponse :  » C’est une grande nouvelle pour vous et pour nous !  »

Noël

De retour de la messe avec les cierges, -selon la tradition arménienne-, nous avons chanté devant la crêche.

De retour de la messe avec les cierges, -selon la tradition arménienne-, nous avons chanté devant la crêche.

Une partie des enfants autour de Soeur Nariné.

Une partie des enfants autour de Soeur Nariné.

Alex et Lucile et les plus jeunes enfant du centre

Alex et Lucile et les plus jeunes enfants du centre

DSCN6317

Soeur Arpiné

DSCN6330

Pour la maison, la semaine fut riche d’un concert

et du « carnaval » ;

Soeur Arousiag

Soeur Arousiag, la fondatrice des oeuvres de la communauté dans ce pays.

d’un dîner que donnent les soeurs pour toutes les personnes proches d’elles, à savoir les lycéens de leur lycée professionnel, les personnes âgées de leur maison de retraite, et bien sûr les enfants accueillis par la soeur au centre d’éducation Boghossian. (pour avoir plus d’info à ce propos, écoutez l’émissions de Radio Maria où nos amis sont interviewés, la semaine prochaine)

Nos amis se donnent à fond pour l'occasion. Reine des neiges et père Noël.

Nos amis, Lucile et Alex, se donnent à fond pour l’occasion. Reine des neiges et père Noël.

DSCN6657

Danse ukrainienne.

DSCN6687

Le père Noël se prépare. Chaque enfant présent repartira avec des cadeaux (gants, bonnet, chaussettes...)

Le père Noël se prépare. Chaque enfant présent repartira avec des cadeaux (gants, bonnet, chaussettes…)

DSCN6676

« Jeunes et vieux se réjouirons ensemble. »

"Jeunes et vieux se réjouirons ensembles."

La veille de notre départ nous avons fait faire un tour de vélo aux enfants.

DSCN6583 DSCN6531 DSCN6571 DSCN6541

La vue depuis l'appartement de nos amis : à gauche le centre.

La vue depuis l’appartement de nos amis : à gauche le centre.

Voici le au revoir traditionnel :

Témoignage du père Totonijan sur la paternité

Voici un extrait d’un entretien très intéressant que nous avons eu avec le père Totonijan, fondateur de Radio Mariam Arménie.

 » Pour moi, le père ce n’est pas la discipline. Le père, c’est l’autorité qui lie la tradition avec le futur. C’est lui qui transmet tout ce dont on a besoin pour pouvoir survivre et continuer. L’éducation, au sens de formation de la personne, c’est pour aider la nouvelle génération à survivre et à s’améliorer. 

Aujourd’hui pour pouvoir survivre, on a besoin de centaines de milliers de personnes. Nous ne pouvons pas survivre, vivre seul. Donc le père est la personne qui est la continuation, le lien entre l’ancien et l’avenir. 

On se rend compte de la valeur de papa quand on enterre le papa ! J’ai enterré mon père quand j’avais 56 ans. Et quand il est parti, c’était à moi maintenant. Si j’avais des enfants, je serai la personne auprès de qui les autres devraient venir parler, demander un avis et autre. Je serai le lien.

Donc le père c’est le lien. Et il doit faire ce lien avec autorité, sans force. Le pouvoir et l’autorité, ce sont 2 mots très différents. Il faut avoir l’autorité sans force, sans pouvoir. (…)

(…) Pour l’enfant de 3 ans, Papa sait tout. C’est le plus intelligent, le plus fort, il connaît tout. Demandez à un enfant de 3 ans si son papa sait parler chinois : « Bien sûr ! » Sait-il conduire un avion ? « Bien sûr ! ». Papa sait tout. Il peut tout faire. Quand l’enfant de 3 et demi est avec papa, il n’a peur de rien. 

Voici l’histoire que m’a raconté mon chauffeur : Il y a une trentaine d’année, quand son fils avait 3 ans, il a acheté une voiture. Lui ne savait pas très bien conduire sur une route gelée. Pas très loin d’ici, ils sont entrain de descendre, il tape sur le frein, et la voiture dérappe, avec son fils qui commence à aller d’un côté à l’autre, se tape la tête contre la fenêtre et lui est en sueur. D’une manière ou d’une autre il arrive à arrêter la voiture à la fin. Et que dit l’enfant ? « Papa, tu peux le faire encore une fois ? !! » 

L’enfant de 13 ans, il connaît tous les défauts de papa. Pour lui, papa, c’est comme les autres. Lui, il sait mieux que son père. Jusqu’à ce qu’il devienne père lui-même. A ce moment là, il revient à son père et la fille revient à sa mère. « 

De Tbilissi à Gyumri… 4 jours de galère ?

         C’est ce que nous pensions en partant de Tbilissi jeudi matin dernier. Quelle idée d’aller en pleine montagne, à Gyumri, ville réputée pour être la « Sibérie du Caucase » ? Nos amis là-bas nous ont bien prévenus : il peut faire jusqu’à – 30°C ! Mais comme nous sommes jeunes et fous, nous partons comme prévu nous demandant ce que nous allons rencontrer…

I / Le départ

Ce matin là donc, nous partons avec David, notre hôte.

DSCN5738

David et Lali, sa soeur. Nos hôtes à Tbilissi.

DSCN5741

La cage d’escalier… il y fait très frisquet !

DSCN5744

Dans cet immeuble, pas de charges d’immeuble, mais il faut payer 5 tetri (soit 2 centimes d’euros) pour monter en ascenseur !

   DSCN5748

Il nous dépose place de la Liberté, au centre de Tbilissi, et nous rejoignons la cathédrale catholique où dort tranquillement notre tandem.

DSCN5735

La place de la Liberté

La cathédrale de l'Assomption...

La cathédrale catholique de l’Assomption

… recouverte d’icônes racontant l’Ancien Testament et le Nouveau Testament

Après nous être équipés, nous disons au revoir à Mgr Giuseppe ainsi qu’au père Andrès. Nous nous équipons et andiamo.

Nous voilà donc partis pour 200 kms de montagne.

" Je ne sais pas où on va, mais on y va ! " Merci Ben !

 » Je ne sais pas où on va, mais on y va !  » Merci Ben !

Sur la route nous apercevons de nombreux marchands ambulants d'oranges et clémentines qui arrivent pour beaucoup de Turquie.

Sur la route nous apercevons de nombreux marchands ambulants d’oranges et clémentines qui arrivent pour beaucoup de Turquie.

II / Première étape : 

16 h, le soleil commence tranquillement à tomber. Nous arrivons à Sulaveri. La route a été plutôt plate ! C’est une bonne surprise.

Et nous retrouvons cette question que nous n’avons pas eu à nous poser ces dernières semaines de citadins à Istanbul puis à Tbilissi ; cette question que nous nous posons à l’entrée du village devant les maisons qui se suivent les unes derrières les autres :

 » Bon, par où commençons-nous ? Où allons-nous frapper à la porte ? « 

Nous prenons une rue sur la gauche, ou plutôt un chemin, traversons des étalages de clémentines et d’oranges et interpellons une dame, confiants en notre message écrit en géorgien par David et qui explique ce que nous cherchons. Sauf que … dans cette région de la Géorgie, les gens sont Arméniens et Azeris ( habitants de l’Azerbaïdjan ) et peu parlent et lisent le géorgien !

C'est peut-être la plus belle écriture que nous ayons vu.  Et à la fin, David a écrit : " Ils sont très gentils ! "

C’est peut-être la plus belle écriture que nous ayons vu. Et à la fin, David a écrit :  » Ils sont très gentils ! « 

DSCN5792

Ici, les parents mettent des rubans aux portails pour signifier que leur fille est prête à marier. Les prétendants savent ainsi à quelle porte se présenter.

Finalement, au-bout de 2 maisons, nous sommes accueillis par Enrika, une dame arménienne qui habite là avec son mari, sa mère Ema ( qui fêtait ce jour-là ses 82 ans ) et son fils handicapé Ararat. Ararat, nom du mont emblème de l’Ancienne Arménie. Aujourd’hui situés en Turquie.

Nous jouons au Backgammon avec Enrika. Difficile de suivre son rythme !!

Nous jouons au Backgammon avec Enrika. Difficile de suivre son rythme !!

DSCN5761 DSCN5759

III/ Deuxième jour, passage de la frontière

Aujourd’hui, après un bon petit déjeuner, nous partons ( à 10h30… ) en direction de la frontière. Nous la passons à midi et nous nous arrêtons déjeuner après.

DSCN5796

Et nous entrons dans le canyon du Debed, un canyon de 60 km. Encore une bonne surprise : nous n’avons qu’à suivre la voie ferré et la rivière. Donc pour le moment, pas de cols à passer !

Sur la route, nous sommes étonnés du nombres d’usines désaffectées. Cette région paraît un peu morte. Effet renforcé par l’hiver qui donne un paysage gris.

DSCN5809

Admirez le pont…

DSCN5917

IV / Ainsi parle le Seigneur : « Vous irez à la messe dimanche ! « 

L’après-midi est déjà bien avancée. Nous n’arriverons pas à avancer plus aujourd’hui. Pff ! encore 70 km avant Spitak où il y a des Missionnaires de la Charité et où nous aurions pu aller à la messe. Nous ne voyons pas comment on y arrivera ! Nous avons déjà fait de grosses journées à 70 km, mais pas en montagne. Même si la route est dans le canyon, nous avons des montées et elle n’est pas très bonne.

Or, sur le bord de la route, une camionnette blanche s’est arrêtée. Un homme nous fait signe de nous arrêter.  » Encore un qui veut nous vendre quelque chose,  » nous disons-nous. Nous continuons notre route.

 » Tiens, revoilà la sous-préfette ! » dit Ben au moment où la camionnette nous dépasse de nouveau. Et le voilà qui s’arrête de nouveau.

Cette fois, nous nous arrêtons, un peu méfiant.

 » – Je parle allemand. Je peux vous aider. Ici, vous ne trouverez personne qui parle autre chose que l’arménien ou le russe. Voulez-vous que je vous indique un hôtel ?  » Nous demande l’homme en allemand. Avec notre allemand scolaire, nous lui expliquons que nous comptons nous arrêter dans le prochain village et demander à une famille de nous accueillir.

« – Etes-vous chrétiens ? Catholiques ? Je suis pasteur évangélique. Je peux vous accueillir dans mon église pour la nuit. Mon village est à 30 km. « 

Nous réfléchissons et acceptons : nous pouvons faire 30 km, sachant que notre logement est assuré.

 » – Mettez votre tandem dans ma camionnette, je vous emmène !!!! « 

Encore un clin d’oeil de la Providence. C’est donc chose faite. Nous voilà en camionnette à parcourir 30 km.

DSCN5811

Nous sommes accueillis par la femme du pasteur. Thé et ping-pong avec leur fille puis dîner sont de la partie !

DSCN5848

Les voyez-vous ces jolis chaussons ? Après une petite serviette reçue en Grèce, encore un cadeau pour notre futur bébé…!

DSCN5842

L’église évangélique

DSCN5845 DSCN5849 DSCN5859

 » Bon demain, je pars à 9h. On laisse votre vélo dans la voiture, car je vais dans la même direction que vous. Je vous emmène donc jusqu’à Vanadzor !  »

V/ Jusqu’à Spitak

Ainsi, nous arrivons à Vanadzor. Sur la route, Robert nous raconte le terrible tremblement de terre de 1988. Dans son village 4000 personnes ont péri dans le séisme. L’épicentre était à Spitak. Conjugué au communisme et à sa chute quelques années plus tard, nous découvrons un pays extrêmement pauvre et détruit.

Mais en reprenant le vélo après la pause déj’, nous découvrons aussi de magnifiques paysages.

DSCN5903

Ici, 80 % des voitures roulent au gaz. A la station service, tout le monde est prié de descendre de la voiture le temps du plein.

DSCN5927

Le voyez-vous ?! On n’a pas trop traîné à cet endroit-là…

DSCN6028

Tout le long du chemin, des conduites de gaz

DSCN5866 DSCN5929

Arrivés à Spitak, nous nous renseignons pour trouver le centre des Missionnaires de la Charité. Benoît entre dans une église arménienne ; Et ressort en me disant que nous allons suivre le pope jusque chez les soeurs soient encore 5 km.

Tout les 300mètres, le long de la route, des gendarmes sont postés. A un moment donné, l’un d’entre eux nous fait signe de nous arrêter. Qu’y a-t-il ? Oh, seulement un grand convoi de voitures. Ainsi, nous saluons le président de l’Arménie qui rentre à sa capitale !

Enfin nous arrivons chez les soeurs. Un peu gênés tout de même car il fait nuit et les soeurs n’étaient pas prévenues de notre arrivée… Mais aussitôt dit aussitôt fait, nous voilà dans un petit bungalow pour deux nuits. Et demain, nous pourrons être à la messe à 9h !

VI/ Un dimanche avec les personnes handicapées dans un cadre somptueux.

DSCN5932

Béthanie, notre maison

DSCN6005

Le centre des soeurs.

DSCN5934 DSCN5957 DSCN5965 DSCN5977 DSCN5998 DSCN6011

VII / Le jour le plus froid !

Et c’est pas un jour nuageux que nous reprenons nos cliques et nos claques et poursuivons notre route vers la Sibérie du Caucase.

DSCN6025

Lorsqu’il faut rejoindre la route principale pour Gyumri

DSCN6033

Ne jamais se demander où continue la route…!

DSCN6039

Pause déjeuner. Au menu : Ratchapuri (raviolis arméniens )

DSCN6041

Un col à passer. Pour la première fois, nous préférons la montée à la descente. Qui l’aurait cru ! Car, qu’est-ce qu’on a froid en descente !!!

Petit col de 1940 mètres d’altitude. Je vous laisse imaginer la température là haut.

Enfin, nous arrivons devant l’orphelinat. Nous y retrouvons Lucile et Alex, nos amis. Il fait ici quelques degrés de moins que zéro.

Et le soir… il commence à neiger ! Même Lucile ne pensait pas que nous arriverions jusqu’au bout en vélo.

Vraiment, nous ne roulons pas seuls.

DSCN6048