18 jours trop rapides. Part 1 !

DSCN8958

Miami

Mardi 10 mars

Nous avons donc quitté Miami le 10 mars, après avoir récupéré notre vélo avec du mieux : dorénavant nous avons un frein sur deux qui fonctionne. Nous avons mis environ une journée pour passer du sud au nord afin de rejoindre la A1A, route qui longe toute la côté est des US ; route très agréable.

DSCN8946

Comme vous pouvez le constater, il fait beau ici.

DSCN8940

Etonnante végétation pour nous.

DSCN8957 DSCN8948

DSCN8961

Le choeur de l’église.

Le premier soir nous voilà arrivé au nord de Miami devant une église pour essayer de participer à la messe. Echec, elle vient de finir. Là, j’entends une dame qui parle français. Joie. J’en profite donc pour lui demander l’hospitalité. Nous voilà embarqué dans une répétition de chants de Taizé pour la prière de la fin de semaine. Nous avons finalement eu la messe mais en espagnol, et pour finir nous irons loger chez une tierce personne, Grâce.

DSCN8965

Juste après la répétition de chant. Grâce, à droite d’Alix nous a gentillement reçu chez elle. A ma gauche, la dame qui nous a introduits et qui est française.

DSCN8966

Vue depuis notre chambre.

Soirée très sympathique mais surtout petit déjeuner de roi. Nous sommes un peu comme chez notre grand-mère, un peu de chaleur fait du bien. Nous qui sortions du riz à tout prix, du porridge de riz et du thé au beurre pour le petit déj nous voilà gâtés. CAFE, Céréales, myrtiles, fraises, toasts, jus d’orange. Incroyable.

Revigorés, nous prenons la route vers le Nord.

Mercredi 11 mars

DSCN8976

Ils offraient le café dans le centre commercial. Nous n’avons pas su refuser. Petites joies du quotidien !

La route que nous suivons est très agréable. Nous retrouvons notre rythme, avec notre pause déjeuner-jeu de cartes à midi. Notre seul soucis c’est que nous sommes sur un endroit très touristique.

Le soir vient. Nous nous arrêtons dans une église faire oraison. Coup de chance, c’est pile l’heure de la messe ! Après la messe le prêtre nous explique qu’il n’est pas d’ici, qu’il vient juste remplacer un confrère pendant que celui-ci fait sa retraite annuelle. Les paroissiens nous envoient 5 kilomètres plus loin dans une autre église, fermée elle aussi.

Puis vient à passer une dame qui s’intéresse au vélo. Elle parle français parce qu’elle vient du Nouveau Quebec. Elle ne peut pas nous recevoir ayant déjà des amis mais elle nous donne 100 dollars (c’est ce que nous pensions) pour dîner et aller dans un motel. Mais ici les motels sont très chers et nous ne trouvons rien qui nous permette de dîner et dormir pour ce budget. Le moins cher est complet. Là, nous discutons avec une gentille dame qui arrosait ses fleurs. Elle finit par nous trouver un lieu pour dormir :

DSCN8978

N’est-ce pas mignon ?!

Super, nous dormirons à la belle mais ici pas de problème. La dame nous propose la douche, nous donne de quoi dîner. En fait, la nuit fut un peu difficile parce que nous sommes le long de la route et que le passage des Harley Davinson nous réveille régulièrement.

DSCN8980

Petite photo avec notre hôte après une super petit déj le lendemain.

Jeudi 12 mars.

Drôle de journée. Comme il nous reste des dollars brunéiens nous essayons de les changer. Les banques nous envoie chez UPS, pourquoi pas ? Là, je tiens la porte à une vieille dame qui porte un colis. Elle me demande de l’aide pour tenir la porte une 2ème fois. Je prends les choses en main, je vais prendre le 2ème colis dans le coffre pour le porter à l’intérieur, jusque là, tout est normal. UPS ne peut pas changer notre argent, nous filons faire les courses à côté dans un supermarché.

Ici, nous prenons 7 dollars par jour. Les calculs de virgule changeant tous les jours et étant donné le prix de la vie, nous modifions de quelques centimes notre budget prévisionnel. Mais avec 7 dollars vous n’avez pas grand chose. Or en sortant du magasin, la vieille dame me croise, me tend de l’argent, m’ordonne de les prendre et de les dépenser pour nous faire plaisir. Connait-elle notre système ? Nous qui bavions devant les glaces et les bières fraîche de tous les bars le long de la mer ; voilà de quoi se permettre des petites folies ! ( La folie sera par exemple le lendemain, 2 bons steaks hachés !!!)

DSCN8998 DSCN8996 RSCN9006

Nous arrivons ce soir à Palm Beach. Cela vous dit-il quelque chose ? Ici les maisons sont des domaines, les bicoques des palaces. Bref, nous mettons du temps à ne rien trouver. Nous cherchons de 16h30 à 19h30. Nous finissons de l’autre côté de la rivière, à West Palm Beach, à la paroisse ; et là non plus on ne peut nous recevoir ; histoire d’assurance, de sécurité. Là, nous sortons notre billet de 100 dollars pour aller dans un motel après encore une heure de tentative infructueuse. En fait il y avait 200 dollars ce qui nous permet de dormir et dîner, un bon steak. Bénis soit le Seigneur. Là encore nous admirons la finesse de la Providence : nous avions fait des tas de plans avec ces dollars, comme aller à l’hôtel le jour de la saint Joseph ! Mais finalement, ils étaient pour ce soir là précisément, seul soir de notre voyage où personne ne nous accueilli. Et, vous le verrez plus tard, saint Joseph fut bien fêté !

Vendredi 13 mars.

Il y a des jours démoralisants, celui-ci en est un. Nous quittons le motel vers le nord à la recherche d’un petit déjeuner avec le reste de l’argent que nous avons. Nous trouvons une chaîne américaine où nous mangeons un bon petit déj. D’ailleurs c’est amusant, vous prenez un café et durant tout votre petit déj, les serveurs viennent vous resservir. La première fois vous vous demandez combien de litres il vont vous faire payer, mais après vous vous habituez et trouvez cela fort sympathique. Il font la même chose avec le coca ou autres sodas dans certains resto.

Bref, durant le petit déjeuner nous regardons la carte et l’analysons. Nous décidons de redescendre vers le sud, en ville, pour prendre le train pour sauter quelques kilomètres afin de rejoindre Saint Augustine, qui est une très jolie ville, il paraît. L’intérêt de cela est de pouvoir remonter un peu plus la côte est et de ne pas simplement voyager en Floride. Donc nous allons à la gare (12 km vers le sud). Là, nous apprenons que le train s’arrête à Saint Augustine mais que nous ne pouvons pas descendre avec le vélo. ( si vous ne connaissez pas, c’est pareil que ce sketch de Devos : https://www.youtube.com/watch?v=nX7IeYrYdtk )

Pour prendre le train, ou le bus, il faut mettre le vélo dans un boite et vous n’avez pas le droit de descendre ou de monter le vélo dans la boite vous-même, il faut que ce soit un employé qui s’en occupe. Et il n’y a pas d’employé à Saint Augustine. Bref, le train ce n’est pas possible.

Donc nous repartons, dépités vers le nord. A 12h, nous aurons fait plus de 20 km mais n’aurons pas avancé d’un pouce sur la carte 😦

Vers la fin de l’après midi nous stoppons dans une église pour prier. Puis ce fut un chemin de croix avec les paroissiens. A la fin nous demandons l’hospitalité.

DSCN9024

L’intérêt que suscite le vélo ne fait pas forcément franchir le pas de l’hospitalité à tout le monde. Mais il suffit d’une personne. Nous sommes reçus par un monsieur charmant qui nous s’amuse en se demandant la tête que sa femme fera quand elle nous verra. Ils nous logent au dernier étage de leur immeuble, là où viennent leurs enfants pour les vacances. Le soir, resto de poissons, vendredi oblige.

DSCN9020

Nous sommes… au 9è étage, soit tout en haut d’un de ces buildings que nous longeons depuis quelques jours sur la côte.

DSCN9022

Check et Patricia

Samedi 14 mars

Levés pour la messe de 7h30, Check vient nous chercher à 7h15 et nous y emmène avec sa femme. Au retour, il nous montre un endroit où nous pourront prendre un petit-déjeuner et… nous donne des sous pour. Que de générosité !

Cela nous donne du courage pour la route. Nous faisons 42 km ce matin-là. Pas mal ! Et aujourd’hui, ce sera… baignade-déj-jeux de cartes ! Première baignade depuis notre arrivée en Floride. L’après-midi se voulait donc plus tranquille et nous ne souhaitions pas pédaler trop longtemps. DSCN8993Mais, étant sur la lande de terre espacée de la côte par l’Indian River, nous découvrons que le prochain pont pour regagner la côte est dans minimum 40 km. Ce sera donc une journée à 80 km. Nous dénichons enfin, à Fort Pierce, une église catholique. car il faut savoir qu’ici, vous trouvez bien plus d’églises protestantes que catho et la confusion est facile car de loin, le clocher est pareil ! Nous découvrons ainsi l’église Notre-Dame. Nous nous étonnons car le nom est écrit en français. Il s’avère en fait qu’une grande communauté haïtienne est attachée à cette paroisse. A la fin de la messe, nous rencontrons le père Yves, haïtiens et qui parle français. Nous apprenons par la même occasion qu’Haïti est une ancienne colonie française. Le père nous invite à loger chez lui pour les 2 prochaines nuits. Nice !

Dimanche 15 mars

Nous décidons de nous rendre à la messe en créole. Le père nous a dit que 75 % des mots venaient du français. Alors nous verrons ce que nous comprenons. Et puis, cela change de l’anglais ! Et en plus, la messe est plus tard dans la matinée… avantage non négligeable pour les dormeurs que nous sommes ! La messe commence avec 1/2 h de retard. Nous apprenons par le père qu’une des différences majeures entre la communauté américaine et la communauté haïtienne est la ponctualité. Il nous faut bien l’avouer, nous ne comprenons pas grand chose de ce qui est raconté…

Après la messe, nous rentrons chez le père, pour ressortir 3/4 d’heures plus tard car nous sommes invités par une famille haïtiennes pour le déj.

DSCN9035

Le père Yves et les paroissiens qui nous ont invités pour le déjeuner.

Nous en profitons pour discuter de… la paternité. Vous le verrez, cela sonne davantage comme une piqûre de rappel de beaucoup de réflexions déjà recueillies :

  • Le père est le chef de la famille.
  • Il doit d’abord aimer sa femme et ses enfants.
  • C’est lui qui donne sa place à chacun.
  • Le couple doit prier ensemble.
  • Chez eux, c’est plutôt la femme qui prend les décisions, mais TOUJOURS en accord avec son mari !
  • Pour madame, les femmes sont plus économes que leur mari !

Enfin, l’après-midi est quasiment finie lorsque nous rentrons chez le père. Quelques mails, skype et il est l’heure de dîner !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s